Archives par mot-clé : appel à contribution

Le Festus des autres (appel à contribution Eruditio Antiqua 6, 15/11/2014)

Je relaie un appel à contribution, qui m’a été signalé par Marie-Karine Lhommé, pour le prochain numéro (prévu pour fin 2014) de la revue électronique Eruditio Antiqua. La date limite d’envoi des textes est fixée au 15 novembre 2014. Personne à contacter : Marie-Karine Lhommé (lui écrire). On peut retrouver cet appel sur le site de la revue et sur Compitum.

Le Festus des autres

Revue en ligne Eruditio Antiqua n.6 (2014)

Les mystères de la composition et les malheurs de la transmission du lexique appelé De uerborum significatione (Sur la signification des mots) de Festus en font une juxtaposition plus ou moins aléatoire de « centaines de précieuses pépites d’informations (1) ». Ces pépites, ces précieux fragments d’érudition qui portent sur de multiples aspects de la civilisation, de la langue et de la littérature de la Rome archaïque et républicaine, ont été préservées par Festus, qui résuma au 2ème s. apr. J.-C. l’ouvrage perdu du même nom de l’érudit Verrius Flaccus (époque augustéenne), et fut à son tour résumé par l’érudit carolingien Paul Diacre (8ème s.). La postérité a abondamment utilisé Festus dans la plupart des recherches portant sur les domaines représentés. Mais souvent en note de bas de page.

Le « Festus Lexicon project » (2) de l’University College London (UCL), mené par un groupe d’historiens, archéologues et philologues, Michael Crawford, Fay Glinister, John North, Claire Woods, proposera à terme sur support papier et électronique une nouvelle édition de Festus et de Paul Diacre (3), et une traduction anglaise largement commentée de l’ensemble du lexique.

En attendant cette édition, ce numéro d’Eruditio Antiqua se propose de faire passer Festus de la note de bas de page à la première place, en examinant le texte de Festus (et de Verrius Flaccus) sous l’angle de la réutilisation et de la réinterprétation du matériau festien à travers les âges, de l’Antiquité à nos jours.
On s’intéressera alors plus particulièrement à la transmission de ce matériau dans l’Antiquité tardive, au Moyen Âge, et à la Renaissance (Verrius Flaccus, Festus ou Paul Diacre comme sources d’autres notices, ouvrages ou lexiques), et aux interprétations modernes de Festus (prises de position dans les éditions, lectures diverses et parfois contradictoires d’articles obscurs, propositions de reconstructions du texte).

***

1) « Hundreds of precious nuggets of information », commente T.J. Cornell dans The Beginnings of Rome. Italy and Rome from the Bronze Age to the Punic Wars (c. 1000-264 BC), Routledge, Londres, New York, 1995, p. 21.

(2) Présentation du projet : L’entreprise a déjà donné lieu à une journée d’études et à un volume publié en 2007 qui rassemble des travaux variés sur l’histoire, les sources et les enjeux du texte : F. Glinister, C. Woods, J. A. North and M. H. Crawford, Verrius, Festus and Paul: Lexicography, Scholarship and Society, Bulletin of the Institute of Classical Studies Supplement 93, Londres, 2007.

(3) L’édition de référence reste encore celle de W. M. Lindsay, Sexti Pompei Festi. De uerborum significatu quae supersunt cum Pauli Epitome, Teubner, Leipzig, 1913.

Julie Damaggio

Doctorante de l'Université Paris-Sorbonne, prépare une thèse d'édition des fragments d'Aelius Stilo et enseigne dans un collège de l'Isère ; co-rédactrice en chef du carnet Grammaticalia.

More Posts - Website

Appel à contribution 31 mai 2013 colloque « Fragments d’érudition. Servius et le savoir antique » (24-25 avril 2014)

C’est le printemps et les appels à contribution fleurissent… en voici un sur Servius (version pdf : Servius – Appel à contribution).

Appel à contributions

Colloque international

Fragments d’érudition.

Servius et le savoir antique

Université Lumière – Lyon 2 / HiSoMA UMR 5189

24-25 Avril 2014

Les Commentaires de Servius (4e-5e s. de notre ère) sur les œuvres du poète Virgile (1er s. av. J.-C.), ainsi que les ajouts anonymes du Servius Danielis, constituent un maillon essentiel de la transmission du savoir antique jusqu’à nous.

Alors que, par définition, un commentaire linéaire n’est pas une monographie ni un ouvrage spécialisé, celui de Servius a permis la sauvegarde de nombreuses connaissances pointues, disparues par ailleurs, et constitue, en un sens, un bilan des connaissances du monde latin, et, indirectement et partiellement, du monde grec.

Le présent colloque se donne pour but d’analyser les fragments d’érudition ainsi transmis dans des domaines aussi variés que la grammaire et la linguistique ; la mythologie et la mythographie ; l’histoire et l’historiographie ; les recherches antiquaires ; la religion et le droit pontifical ; les philosophies ; les techniques d’analyse littéraire et rhétorique ; les autres sciences : botanique, « physique », etc.

Les communications s’attacheront à faire ressortir, de façon synthétique, l’état des connaissances présentes dans les commentaires à Virgile, et poseront également la question de la transmission du savoir et de ses transformations, ainsi que celle du degré de spécialisation et de vulgarisation.

Les communications ne devront pas dépasser 30 mn.

 

Date-limite d’envoi des propositions : 31 mai 2013

Contacts :       Alessandro Garcea (alessandro.garcea@univ-lyon2.fr)

Marie-Karine Lhommé (marie-karine.lhomme@univ-lyon2.fr)

Daniel Vallat (daniel.vallat@univ-lyon2.fr)

Comité scientifique : Jacques Elfassi (Université de Lorraine), Jean-Yves Guillaumin (Université de Franche-Comté), Mathilde Mahé (ENS Ulm), Fabio Stok (Università degli studi di Roma « Tor Vergata »).

Julie Damaggio

Doctorante de l'Université Paris-Sorbonne, prépare une thèse d'édition des fragments d'Aelius Stilo et enseigne dans un collège de l'Isère ; co-rédactrice en chef du carnet Grammaticalia.

More Posts - Website

Compte-rendu « Initiation à l’encodage XML-TEI des textes patrimoniaux » du 29 au 31 Octobre 2012 – CESR de Tours.

http://formation-continue.univ-tours.fr/offre-de-formation/initiation-a-l-encodage-xml-tei-des-textes-patrimoniaux-233975.kjsp

Le SUFCO de Tours organisait cette année dans les locaux du CESR (Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance), à l’initiative du projet des BVH (Bibliothèques Virtuelles Humanistes : http://www.bvh.univ-tours.fr/) une formation consacrée à l’encodage de textes en TEI (Text Encoding Initiative). Ce stage renouvelé jusqu’à présent chaque année attire des participants d’horizons très différents : chercheurs, doctorants, etc en croisant une grande variété de disciplines : sciences humaines, sciences, informatique. La formation se déroule sur 3 journées, rythmées par des temps de travaux pratiques permettant de manipuler l’éditeur oxYgen. Outre ces aspects techniques, une réflexion générique est parallèlement menée, puisque l’encodage soulève des problématiques spécifiques, parfois ignorées, pour chaque document traité. L’encodage est de fait une démarche efficace en matière de questionnement ontologique textuel. Les formateurs, dont Lou Burnard, l’un des près fondateurs de la TEI, sont à l’écoute des projets et répondent aux différents besoins, permettant ainsi de faire évoluer la TEI. A ce sujet, une conférence est en cours de préparation à Orléans 21-22 mai 2013 : « Gestion informatisée des écritures anciennes : état des lieux et perspectives ».

Cécile Paret-Parras

Appel pour Eruditio Antiqua 5, 2013 : Prononciations (30 sept. 2013)

Le numéro 5 de la revue électronique Eruditio antiqua, coordonné par Emmanuel Plantade (le contacter), sera consacré aux « Prononciations », concept qui intéresse autant la grammaire que la rhétorique. La date limite de soumission des articles est fixée au 30 septembre 2013 (pour une publication fin 2013). 

Je reproduis ici l’appel publié dans Compitum :

Du point de vue de Quintilien, le concept latin de pronuntiatio (gr. ὑπόκρισις) regarde autant la grammaire (IO 1, 5, 17-33, uirtutes et uitia dicendi) que la rhétorique (IO 11, actio). Par là, il implique une axiologie de l’auditeur, régie par la norme binaire du correct ou de l’incorrect, ou bien par un code esthétique plus complexe, où la séduction et l’autorité ont leur part.

Du point de vue contemporain, la prononciation est une entrée privilégiée dans les cultures de l’Antiquité, dans la mesure où elle permet de repérer des normes linguistiques ou sociolinguistiques, mais aussi ce qui les déborde, par l’erreur, par l’étrangeté ou par la créativité.

C’est pourquoi ce numéro d’Eruditio Antiqua n’embrasse pas seulement les domaines qui ont été explorés consciemment par les savants de l’antiquité, mais il permet d’envisager aussi ce que leurs textes révèlent à la marge ou en négatif. Ainsi, sous le prisme des littératures techniques, on pourra aborder, en latin et en grec, des domaines aussi divers que l’actio oratoire, la barbarie, le bilinguisme, la dialectique de l’écrit et de l’oral, la didactique, l’érotique, les provincialismes, la performance théâtrale ou musicale, la prière, la prosodie, le rythme et la traduction…

Les synthèses du savoir actuel comme les analyses exploratoires, voire expérimentales, sont les bienvenues.

Julie Damaggio

Doctorante de l'Université Paris-Sorbonne, prépare une thèse d'édition des fragments d'Aelius Stilo et enseigne dans un collège de l'Isère ; co-rédactrice en chef du carnet Grammaticalia.

More Posts - Website

Servius Danielis

Le prochain numéro de la revue électronique Eruditio antiqua (4) prévu pour la fin de l’année 2012 sera consacré au Servius Danielis . Voir sur le site de Compitum l’appel à contribution (jusqu’en septembre).

J’en profite pour signaler que le numéro 3 (2011) de la même revue regroupait les actes du séminaire international d’Histoire de la Linguistique Antique (Sodalitas) organisé par Alessandro Garcea à Lyon en novembre 2010. On trouve dans tous les numéros de la revue des articles concernant la grammaire ou les grammairiens latins.

Julie Damaggio

Doctorante de l'Université Paris-Sorbonne, prépare une thèse d'édition des fragments d'Aelius Stilo et enseigne dans un collège de l'Isère ; co-rédactrice en chef du carnet Grammaticalia.

More Posts - Website