Compte-rendu de rencontre : A. Garcea, De analogia.

J’avais annoncé dans un article précédent la rencontre du 27 novembre 2012 organisée à la BIU Gerland à Lyon autour de la récente édition du De analogia de César par Alessandro Garcea. En voici un compte-rendu, dont l’objectif n’est que de donner un aperçu des différentes questions évoquées lors de cette rencontre qui était animée par Christian Nicolas (les noms seront abrégés dans le cours du texte en A.G. et C.N.). Pour plus de précisions, on peut bien évidemment se reporter à l’ouvrage lui-même, récemment recensé dans la BMCR par Anthony Corbeill).

[edit 11/04/2013 : pour des recensions plus scrupuleuses de cet ouvrage, on se reportera à : Gildenhard Ingo, Times Literary Supplement , 1 mars 2013, p. 24 ; Grillo Luca, « Rezension von: Caesar’s De Analogia », Sehepunkte, vol. 12, no 9, 2012 ; Luhtala Anneli, « Caesars De analogia By Alessandro Garcea », Historiographia Linguistica, vol. 40, no 1-2, 2013, p. 256‑262 ; Zetzel James E. G., « ALESSANDRO GARCEA, Caesars De Analogia: Edition, Translation, and Commentary », Classical Journal Online, 1 février 2013 ]

C’est d’abord la question de l’édition de fragments elle-même qui a été abordée, avec tous les problèmes qu’elle comporte en terme de choix, d’attribution et de classement des fragments. Les sources du De analogia se répartissent en deux groupes : les auteurs de la fin de la République et du début de l’Empire, qui connaissent, lisent le De analogia, et en citent des extraits suivis, comme Cicéron, Quintilien, Aulu-Gelle… et les grammairiens tardifs qui en font un usage proprement grammatical en les utilisant dans le cadre de remarques très précises sur la langue. L’utilisation des citations de César dans le cadre de l’argumentation des auteurs qui sont nos sources rend parfois difficile l’interprétation des fragments : ainsi, Pline cite César pour le contredire, et il est parfois difficile de comprendre l’argument de départ de César (sachant que Pline fait dans le Dubius sermo un relevé des mirabilia de la langue comme il le fait pour l’histoire naturelle, et s’intéresse surtout à l’usage des autorités littéraires ; au contraire, l’approche de César est fondée sur la cohérence et la rationalité). Du point de vue de l’histoire de la transmission du texte, le De analogia est déjà perdu avant l’époque de Charisius (IVe siècle). Pour en revenir à l’édition de fragments, il s’agit de trouver un cadre théorique général pour mettre de l’ordre dans les fragments.

Les débats intellectuels de la fin de la République occupent une grande partie de l’introduction de l’ouvrage. La République est un moment important pour cela car les hommes politiques sont à la fois impliqués dans la vie politique et lettrés, presque des « intellectuels engagés » avant la lettre. Il ne s’agit donc pas seulement de textes techniques prescriptifs, comme cela peut être le cas pour les artes tardives : les réflexions présentées dans les ouvrages de l’époque sont à replacer dans un contexte polémique de débats sur le rôle de la langue latine dans l’identité romaine.

Pour ce qui est du public, pour A.G. c’est sans doute pour les milieux aisés gaulois (qui lui servaient d’intermédiaires car ils parlaient latin) que César a commencé à réfléchir à une forme de koinè latine permettant de proposer un modèle d’éloquence accessible et reproductible, mais aussi contrôlable par le pouvoir puisque doté de règles précises et pré-établies (voir les critiques de Corbeill, §2 pour ce qui concerne le public). Cela va à l’encontre du modèle cicéronien, beaucoup plus raffiné, qui n’accorde aux questions grammaticales qu’une place réduite. La question en jeu est celle du pouvoir de la parole,  essentiel dans la vie politique romaine. Tout cela est aussi lié à la définition de l’urbanitas.

On a pu dire, pour expliquer la non-conformité du style des œuvres de César avec ce que l’on possède du De analogia, que c’était une sorte de grammaire pour débutants. Il est évidemment très délicat de se fonder sur les textes littéraires tels qu’il nous ont été transmis par les manuscrits, car il y a eu une harmonisation orthographique dans la succession des copies au Moyen-Âge. Le modèle de César n’a sans doute pas eu le temps d’être appliqué ; mais c’est un modèle linguistique qui n’est pas purement théorique (sauf peut-être dans des exemples comme Cicerone consule ente, qui semblent être une façon de pousser jusqu’à l’absurde le raisonnement analogique, cela n’implique pas qu’il préconise de l’utiliser).

Les formes qui sont prises comme modèle par César remontent à l’époque des Scipions, considérée par les Romains comme un « âge d’or ». Les fameux « cercles » sont des constructions littéraires cicéroniennes, qui montrent, par exemple dans le De re publica ou le De amicitia des aristocrates très impliqués à la fois dans la vie politique et les questions littéraires et philosophiques. Le versant linguistique du mythe de l’âge d’or des Scipions veut qu’à l’époque on parlât spontanément de façon parfaite, sans qu’il y ait de grammaire à proprement parler. La décadence (du langage) vient ensuite avec l’immigration [où l’on remarque que les théories ne changent pas beaucoup à travers les âges]. L’analogie selon César est un modèle permettant de faire dans la langue une sélection drastique qui la rende rationnelle. Le néologisme n’est pas la solution, car il ne s’agit pas de créer une langue artificielle. Le titre (que l’on trouve sous la forme De analogia à partir de Quintilien) est ainsi paradoxal : il s’agit d’un mot grec, et on pourrait se demander (C.N.) s’il faut l’accentuer à la grecque de analogía ou, à la latine, de analógia… Serait-ce une sorte d’étrange ablatif d’un mot grec ? Cicéron, quant à lui, l’appelle Liber de ratione Latine loquendi. Le mot analogia commence à être utilisé en latin à l’époque de César, mais les Romains lui préfèrent généralement celui de proportio. La tradition de l’analogie remonte aux Alexandrins, dont l’idéal est celui d’un « usage vérifié ».

Pour revenir sur l’idée de la « grammaire pour débutants » : en tout cas ce n’est pas seulement cela, car tout un pan est lié à l’éloquence. Il faut parler clairement, comme le dit César au livre I du traité ap. Gell. 1, 10, 4 : tamquam scopulum, sic fugias inauditum atque insolens uerbum, « fuir comme un écueil le mot jamais entendu et contraire à l’usage ». La correction et la clarté linguistique sont au fondement du modèle du De analogia. C’est aussi une idée dans l’air du temps, puisque Lucrèce adopte le principe de l’analogie dans les formes argumentatives.

Il y a des parallélismes entre César et Philodème de Gadara, épicurien vivant à Herculanum dont on a trouvé les restes brûlés de la bibliothèque dans la maison de Pison (beau-père de César). Ces traités sur la musique, la philosophie, la rhétorique, la langue… sont en cours de publication grâce aux techniques modernes qui permettent de lire les papyri brûlés sans les dérouler. Ces traités montrent que l’épicurisme latin était bien différent de l’épicurisme grec, puisque les épicuriens devraient en principe être opposés à la paideai par apprentissage de disciplines comme la grammaire ou la rhétorique. L’épicurisme latin pratique ainsi une forme d’éclectisme intelligent. Dans le même ordre d’idées, il n’y a pas à Rome de réelles polémiques entre des « analogistes » et des « anomalistes » : ce sont des polémiques grecques déjà éloignées que Varron met en scène dans la forme argumentative du De lingua Latina. L’époque de la fin de la République est aussi une époque d’échanges fréquents entre lettrés des différentes disciplines, il n’y a pas de répartitions très nettes entre les différents champs du savoir.

Il est question aussi des réformes de César : calendrier, lois, projet de bibliothèque publique sur le modèle alexandrin. On peut reprendre l’expression de Luciano Canfora qui appelle César un « dictateur démocrate » : d’une part il contrôle les institutions ; d’autre part, dans le domaine du savoir, il promeut une forme d’autonomie. Voir ainsi le choix de confier à Varron, pompéien notoire, cette future bibliothèque (avant de se consacrer à ce projet, Varron a d’ailleurs commencé par écrire des livres De bibliothecis). Il s’agit donc de rendre public et accessible à tous un savoir jusque là cantonné aux bibliothèques privées des aristocrates romains.

Il y a clairement une lutte d’influences entre Cicéron et César pour proposer le meilleur modèle de Latinitas. Cela pose un problème aujourd’hui aux éditeurs des textes de la République et du début de l’Empire : quelle orthographe adopter, et suivant quels critères (ainsi, dans la CUF, on orthographie maximum chez Cicéron mais maxumum chez Salluste) ? il faut à la fois résister à la tentation de plaquer des archaïsmes partout, tout en gardant à l’esprit que la tradition à été modernisée (à l’instar de nos éditions en français moderne des œuvres du XVIe siècle). On peut se demander, alors, d’où nous viennent les formes « standards » du latin dit classique tel qu’on l’enseigne aujourd’hui : on les doit sans doute la plupart du temps à l’autorité des grammairiens (qui ont pu ainsi populariser des notions comme celle de « faux imparisyllabiques »).

Les questions du public permettent de soulever quelques points complémentaires. On ne sait pas, par exemple, sous quelle forme (uolumen ou codex) le De analogia a été rédigé primitivement. Ce qui est certain, c’est qu’il a rapidement été « démembré » pour servir de catalogue d’exemple et d’exceptions. Sa perte rapide pourrait aussi être liée à une volonté d’effacement de la politique de César (alors que la guerre des Gaules, par exemple, fait partie de l’histoire de Rome). Le traité n’est pas entré dans l’enseignement (alors qu’il aurait pu). Il est difficile de savoir le but exact qu’il poursuivait. Pour le titre, si c’est vraiment De analogia, ce ne serait pas le seul exemple de titre grec d’une œuvre latine ouvertement tournée vers une forme de nationalisme linguistique : voir l’exemple de l’Odusia de Livius Andronicus, dont le titre est à peu près le seul emprunt grec, puisque Livius a recours aux calques et utilise des équivalents latins pour les notions grecques (les Camenae au lieu des Muses, pour ne prendre qu’un seul exemple). Mais il est difficile de comparer les deux emprunts car Odusia est un nom propre, ce qui soulève des questions différentes par rapport à un nom commun comme analogia.

Je profite de ce billet pour souhaiter, au nom de l’équipe du carnet de recherches, une très belle année féconde en recherches à tous nos lecteurs.


Julie Damaggio

Doctorante de l'Université Paris-Sorbonne, prépare une thèse d'édition des fragments d'Aelius Stilo et enseigne dans un collège de l'Isère ; co-rédactrice en chef du carnet Grammaticalia.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.