Journée d’études « Langue et autorité », Lyon, ENS, 23 janvier 2014

Je co-organise, dans le cadre du laboratoire junior ERAMA, une journée d’études consacrée aux rapports entre langue et autorité, dont voici le programme (repris du billet de Claire Vieilleville sur notre carnet hypothèses ; voir aussi notre site internet) :

Nous vous invitons à venir assister à notre prochaine journée d’études, consacrée aux liens entre langue et autorité, qui aura lieu le jeudi 23 janvier 2014 à l’ENS de Lyon, Site Buisson (Institus Français de l’Éducation), salle de réunion n°2.

Programme

Matinée – 10h30-12h30

10h30 Accueil

10h45 Introduction

11h : Isabelle Boehm (Lyon 2), « Le grec d’Hippocrate dans le glossaire de Galien »

11h40 : Alessandra Rolle (Université de Lausanne) : « Un modèle anti-grec pour l’éloquence latine chez Sénèque le Père ? »

Après-midi – 14h-17h

14h : Jean-Luc Fournet (EPHE) : « Langues parlées et écrites dans l’Alexandrie hellénistique »

14h40 : Jérôme Bastick (ENS de Lyon), « Autorité du nom et noms d’autorité dans les romans grecs et byzantins »

15h20 Pause

15h30 : Nicolas Redoutey (Lyon 2) : « Autorité linguistique et autorité juridique dans les tablettes financières de Murécine (Ier siècle) »

16h10 : Alexandra Kozak (Lyon 2): « Vestiges de la langue populaire grecque dans certains hapax homériques »

Problématiques

Dans un espace mul­ti­cultu­rel comme celui de l’Antiquité, la diver­sité lin­guis­ti­que est une réa­lité de tous les jours. Parce qu’elles sont dotées d’une lit­té­ra­ture ou parce qu’elles sont asso­ciées au pou­voir poli­ti­que, cer­tai­nes lan­gues ont pu pren­dre de l’impor­tance par rap­port à d’autres, qui véhi­cu­laient leurs pro­pres tra­di­tions. Les lan­gues de l’Antiquité, de plus, connais­saient une codi­fi­ca­tion dif­fé­rente de nos lan­gues moder­nes : si tout locu­teur peut avoir cons­cience de la régu­la­rité (ou de l’irré­gu­la­rité) d’un mot, les Anciens dis­po­saient d’outils (dic­tion­nai­res, gram­mai­res) dif­fé­rents des outils moder­nes.

Ainsi nous pour­rons étudier dans un pre­mier temps la ques­tion du choix de la langue : quel est le sens poli­ti­que d’un tel choix, dans les rap­ports entre une métro­pole et sa colo­nie, ou entre Rome et son Empire ? Quel est le sens lit­té­raire du choix d’une langue ou d’un dia­lecte carac­té­ris­ti­que (ou non) d’un genre lit­té­raire par­ti­cu­lier ? Choisir une langue, est‑ce accep­ter une tra­di­tion qui lui est asso­ciée, ou bien au contraire s’en démar­quer ? Ces ques­tions se posent à la fois pour des textes quo­ti­diens (épigraphiques), lit­té­rai­res (l’his­toire étant com­prise sous ce terme), scien­ti­fi­ques ou encore juri­di­ques, ce qui per­met­tra de faire dia­lo­guer dif­fé­ren­tes appro­ches, époques et cultu­res.

Nous en vien­drons ensuite à la ques­tion de la norme de la langue. L’asser­tion d’une norme lin­guis­ti­que, si elle paraît au pre­mier abord répon­dre à une ques­tion pure­ment pra­ti­que (quel texte d’Homère éditer ? quelle forme uti­li­ser plutôt que telle autre ?), impli­que dans les faits de choi­sir des auto­ri­tés en matière de lan­gage, ce qui met en jeu des rap­ports de force cultu­rels et poli­ti­ques com­plexes, tels que les débats entre « atti­cis­tes » et « asia­nis­tes », ou les ques­tions de l’Ἑλληνισμός (hel­le­nis­mos) en Grèce et de la Latinitas à Rome.


Julie Damaggio

Doctorante de l'Université Paris-Sorbonne, prépare une thèse d'édition des fragments d'Aelius Stilo et enseigne dans un collège de l'Isère ; co-rédactrice en chef du carnet Grammaticalia.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.