Polyphonia Romana. Hommages à Frédérique Biville, Hildesheim, 2013

Une toute récente parution, qui a été offerte à sa dédicataire juste avant le colloque sur Servius (cf. ce post) lors d’une belle et émouvante cérémonie… Les informations viennent de Compitum.

Alessandro Garcea, Marie-Karine Lhommé, Daniel Vallat (éd.), Polyphonia Romana. Hommages à Frédérique Biville, Hildesheim, 2013.

Olms, SPUDASMATA Band 155 (2 vol.) XX/874 pages, ISBN : 978-3-487-15086-4, 176,00€

Résumé

On trouvera ici réunies des études offertes à Frédérique Biville – professeur de Langue et Littérature latines à l’Université de Lyon 2 -, à qui des collègues, élèves et amis ont ainsi souhaité rendre hommage. La diversité des sujets abordés est à l’image des centres d’intérêt de leur destinataire, qui n’a cessé de décloisonner les disciplines du monde antique : philologie (morpho-syntaxe, sémantique et lexique, pragmatique), bilinguisme et littérature (échanges culturels, littérature gréco-latine), littératures techniques (médecine, histoire de la grammaire). La linguistique des langues anciennes – discipline technique qui a sa méthode et ses objectifs – se révèle ainsi une science capable de parler à un public plus large que celui des spécialistes et un instrument heuristique très puissant pour d’autres disciplines.

Der vorliegende Band versammelt Studien, die Frédérique Biville, Professorin für Lateinische Sprache und Literatur an der Universität Lyon 2, zugeeignet sind und von Kollegen, Schülern und Freunden verfasst wurden. Die Mannigfaltigkeit der erörterten Themen entspricht den Schwerpunkten der Interessen der Geehrten, die unermüdlich die Grenzen der altertumswissenschaftlichen Fächer eingerissen hat : Philologie (Morphologie und Syntax, Semantik und Lexik, Pragmatik), Bilingualität und Literatur (kultureller Austausch, griechisch-lateinische Literatur), Fachliteratur (Medizin, Geschichte der Grammatik). Die Linguistik der alten Sprachen – eine Fachdisziplin mit eigener Methode und eigenen Zielen – erweist sich somit als eine Wissenschaft, die ein größeres Publikum über die Spezialisten hinaus anzusprechen vermag, und als ein heuristisches Instrument, das auch für andere Fächer sehr wirksam sein kann.

Table des matières

PRÉFACE

BIBLIOGRAPHIE DE FRÉDÉRIQUE BIVILLE

PHILOLOGIE

Morpho-syntaxe

Monique BILE, Analyse de deux subordonnants du corpus crétois

Alain BLANC, L’élision dans l’Odyssée et le futur de δίδωμι

Bernard BORTOLUSSI, La Dislocation Droite existe-t-elle en latin ?

Danièle CONSO, Remarques sur le sens de quelques adjectifs désubstantivaux en -ōsus et en -ātus dérivés d’un même substantif

Emmanuel DUPRAZ, Vbi quis et ubi aliquis : un cas de concurrence entre indéfinis

Pierre FLOBERT, Les adjectifs déverbatifs en -ŭus et le participe parfait actif

Chantal KIRCHER, Quelques réflexions sur les « para-participes » du latin

Roger WRIGHT, Passive Morphology in Late Latin

Sémantique et lexique

Carmen ARIAS ABELLÁN, Concepciones metafóricas del transcurso de la

vida en la poesía epigráfica

Jean-Paul BRACHET, Incohāre, ou le latin langue de paysans ?

Claude BRUNET, Jeu verbal dans la dénomination des dépendants chez Pétrone

Carmen CODOÑER, Género y sexo femenino

Sandrine COIN-LONGERAY, Dis, diues chez Ovide

Stéphane DOROTHÉE, Étude comparée des emplois de rumor et fama dans le sens de « bruit colporté, bruit qui court »

Benjamín GARCÍA-HERNÁNDEZ, El origen ignoto de coche y cochon

Jean-Yves GUILLAUMIN, Cectoria

Vincent MARTZLOFF, Deux termes du lexique funéraire sud-picénien (tokam, latin toga ; vepeten / iepeten, grec λώπη)

Claude MOUSSY, Sens et emplois de la locution ex persona

Jean-Paul THUILLIER, Sur le lexique des jeux du cirque

Pragmatique

Florica BECHET, Bene nos habemus, at isti eug’euge (Pétrone, 58, 3). Les axiologiques de nature interjective en latin

Colette BODELOT, Question à force illocutoire dérivée vs. exclamation. Ambiguïté d’un locus Ciceronianus (leg. 2, 17)

Dominique LONGRÉE, L’environnement thématique des noms propres chez les historiens latins

Anna ORLANDINI – Paolo POCCETTI, Autour du nom propre : les noms propres dans les textes oraculaires

Sophie ROESCH, Un exemple d’ambiguïté énonciative : le discours à double entente dans les Captiui de Plaute

Jean-François THOMAS, « J’ordonne » chez Plaute et Térence : aspects pragmatiques et sémantiques

BILINGUISME ET LITTÉRATURE

Bilinguisme – Échanges culturels

Béatrice BAKHOUCHE, Syllogismus dans le Commentaire au Timée de Calcidius (IVe s.)

Dominique BRIQUEL, Épigraphie étrusque et internet : une nouvelle source de documentation

Bruno BUREAU – Christian NICOLAS, Le grec de Donat : de quelques problèmes ecdotiques dans le Commentaire au Phormion

Louis CALLEBAT, Quod Graece dicitur

Monique CRAMPON, Aue Picardia nutrix. Inscriptions latines dans la seconde moitié du XIXe siècle

Giovanbattista GALDI, Translating from Greek into Latin: linguistic remarks on the Expositio totius mundi et gentium

Jean-Baptiste GUILLAUMIN, Quelques emplois du grec chez Martianus Capella

Jean HADAS-LEBEL, Étr. nefts : un emprunt au latin ?

Marie-Dominique JOFFRE, La parole des héros. Quand des Grecs parlent latin (Ovide, Met. 14)

Jesús LUQUE MORENO, Prōlogus / πρόλογος, prōpīno / προπίνω. Alteraciones prosódicas en los préstamos griegos

Robert MALTBY, Greek in the Virgil Commentaries of Servius

Marie-Françoise MAREIN, La langue grecque en terre barbare au Ier s. ap. J.-C. dans La Vie d’Apollonios de Tyane de Philostrate

Bruno ROCHETTE, Traces du bilinguisme dans la correspondance de Pline le Jeune

Heikki SOLIN, Graecolatina

Gilles VAN HEEMS, L’étrusque langue de substrat du latin : les sources littéraires

Littérature gréco-latine

Jean-François BERTHET, Adumbratio iuniperi

Gualtiero CALBOLI, Das letzte Werk des Horaz : Ein dichter zwischen Politik und Philosophie

Aline CANELLIS, Saint Jérôme et l’In Ioel 3, 18c : de la traduction à l’exégèse spirituelle

Florence GARAMBOIS, Du Nil à Apone : du jaillissement poétique dans quelques longues épigrammes de Claudien

Gérard LUCAS, À propos d’Hérodote 7, 128-130

Pascal LUCCIONI, Mourir loin de sa patrie : une épigramme de Martial (10, 26) et une épigramme de Crinagoras (AP 7, 645)

Paul MATTEI, Rencontres de Clio et de Philologie. Sur deux vers de l’épitaphe de Concordius, évêque d’Arles (IVe siècle)

Daniel VALLAT, Bilinguisme, onomastique et sémantique du genre : le cas de l’élégie

LITTÉRATURES TECHNIQUES

Médecine

Isabelle BOEHM, Bandage et bandages : à propos de l’utilisation de termes particuliers chez un médecin grec à Rome

Valérie BONET, Les plantes de Vénus : de la « couronne d’Aphrodite » à la « baignoire de Vénus », phytonymes, mythologie et médecine

Marie-Thérèse CAM, Malagma heliace, « l’émollient solaire » (Végèce, mulom. 2, 85)

Anne FRAISSE, Valeur de la pharmacopée dans les textes médicaux latins. L’exemple des maladies de la peau

Valérie GITTON-RIPOLL, Les traductions antiques des textes hippiatriques

Joëlle JOUANNA-BOUCHET, L’ancrage de l’héritage grec dans la tradition latine d’après les Compositiones de Scribonius Largus

Muriel PARDON-LABONNELIE, Ὀφθαλμικοί et ocularii. Les « oculistes » dans le monde gréco-romain

Yves ROMAN, Pharmacopée et magie antiques face à l’hydropisie. Le cas Hadrien

Guy SABBAH, Figures de médecins autour de l’empereur Julien

Histoire de la grammaire

Louis BASSET, Petite ontologie de la uox articulata dans la grammaire antique

Guillaume BONNET, Les formes verbales archaïques sous le regard des grammairiens latins

Jacqueline CHAMPEAUX, À l’école de Varron : Arnobe et les indigitations

Bernard COLOMBAT, Meigret & Priscien

Alessandro GARCEA, Le traité De figuris numerorum de Priscien

Gerd V.M. HAVERLING, Les verbes en -sc- et la notion d’inchoativité chez les grammairiens tardifs

Sándor KISS, Les parties du discours chez les grammairiens latins. Classement et description

Jean-Pierre LEVET, Les sophismes verbaux chez Galien et Pierre d’Espagne. Linguistique gréco-latine et logique

Marie-Karine LHOMMÉ, Le chaos d’inchoo : du débat orthographique à l’exception verbale

Emmanuel PLANTADE, Une nouvelle approche métrique de l’effet accentuel des enclitiques -que, -ne, -ue à l’époque classique

Jean SCHNEIDER, Les commentaires du « rire sardonique » : grammaire et parœmiographie

Pierre SWIGGERS – Louise VISSER – Alfons WOUTERS, Théorisation grammaticale et élaboration terminologique dans l’Ars Ambrosiana. Nature et aspects formels du participe

INDEX AVCTORVM


Julie Damaggio

Doctorante de l'Université Paris-Sorbonne, prépare une thèse d'édition des fragments d'Aelius Stilo et enseigne dans un collège de l'Isère ; co-rédactrice en chef du carnet Grammaticalia.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *