VII° Congrès international de latin médiéval, Lyon, 10-13 septembre 2014

Un congrès dont certains aspects touchent à la grammaire et à la linguistique… pour faciliter la lecture j’ai surligné les interventions dont les titres me semblaient les plus en rapport avec la grammatica (ce qui est évidemment totalement subjectif).
Voici le descriptif et le programme :

VIIe Congrès international de latin médiéval

Lyon, 10-13 septembre 2014

 

Le septième Congrès international de latin médiéval se tiendra à Lyon, 10-13 septembre 2014, dans les locaux de l’École normale supérieure de Lyon (sur le site Monod, ancienne ENS Sciences).

Le congrès de l’Internationales Mittellateinerkomitee, créé en 1988 par W. Berschin et C. Leonardi, est le rendez-vous le plus important de la recherche internationale en latin médiéval. Cet événement est organisé pour la première fois par les pays francophones, conjointement par la France (Pascale Bourgain, École nationale des chartes, Paris ; Anne-Marie Turcan-Verkek, École Pratique des Hautes Études, Paris) et par la Suisse (Jean-Yves Tilliette, Université de Genève), à Lyon, à mi-chemin entre ces deux pôles.


Thème : Le sens du temps

Le Moyen Âge a vu se transformer la perception du temps, passant d’un temps rythmé par la longueur des jours selon les saisons aux décomptes plus précis des premières horloges. Mais l’évolution de la perception du temps influe sur de nombreux aspects de la vie intellectuelle et culturelle, pour lesquels diverses pistes, non exclusives, sont envisageables.

1) Aspects philosophiques

Au plan philosophique, l’inscription de l’histoire du monde dans le cadre d’une histoire du salut fait entrer en conflit la notion antique de l’éternité du monde et celle de la création inscrite dans le temps et destinée à finir. La réflexion sur le temps d’Augustin (Confessions 11) se prolonge selon des modalités à déterminer. Les fluctuations de la notion de progrès, ou de décadence depuis l’âge d’or des origines, reflètent l’optimisme ou le pessimisme des individus mais aussi des époques. Les futurs contingents : hasard, destin, ou providence, le maniement des hypothèses sur ce qui pourrait ou aurait pu se produire (les syllogismes hypothétiques) posent un problème logique. Et la mémoire est bien perçue comme la faculté essentielle de l’homme, être soumis au temps, faculté sans laquelle il ne peut s’inscrire dans la durée et trouver sa place dans l’univers.

2) Aspects théologiques

Au plan théologique, le temps et l’éternité (avec la différence entre l’aevum et l’aeternitas) posent des problèmes conceptuels. L’homme est tombé dans la temporalité, ce qui crée entre lui et les entités non soumises au temps une différence de nature infranchissable.  La difficulté de concevoir un Dieu en dehors du temps se complique des notions de prescience, providence, prophétie. Une analogie profonde entre le temps humain (les différents âges de l’homme) et le temps du monde aide à conceptualiser une histoire générale du temps, à la suite de quoi la mort de l’homme ou la fin du monde marqueront le retour définitif (et perçu comme douloureux même s’il est parfois senti comme désirable)  hors du temps.

3) Aspects calendaires

La liturgie rejoue et réactualise dans le cadre de l’année l’histoire du salut ; son temps cyclique est la marque quotidienne d’une conception du temps comme annonce et accomplissement, qui superpose passé, présent et avenir selon les méthodes de la typologie exégétique. Les fêtes et cérémonies inscrivent le temps qui court dans la longue durée de l’histoire du monde, qui est celle du salut, inscrivent la mémoire (de l’humanité, des saints) dans la succession des ans et des saisons, modèlent le rythme de vie.
Les méthodes du comput, approche scientifique du temps fondée sur l’astronomie, mais liée aux nécessités de la liturgie, sont un observatoire indispensable pour l’étude des savoirs liés au temps, au plan théorique. Au plan pratique, les saisons déterminent le temps des travaux et le rythme des jours, de l’agriculture à la guerre, en suscitant dans les consciences des stéréotypes culturels qui vont bien au-delà de la simple répartition dans le temps des activités humaines.

4) Aspects historiques

L’historiographie  relie étroitement  le sens religieux de l’histoire du salut et la linéarité du récit. Le temps des hommes, naissance, maturité, mort, semble aussi le destin des empires qui se succèdent. Le rapport aux ancêtres, réels ou mythiques, reflète le problème identitaire de l’apparition des peuples et de leur droit à l’existence. Les historiens aux prises avec des sources de renseignement disparates doivent compter avec les problèmes de chronologie et se limiter parfois à poser des chronologies relatives, ou se contenter d’un récit atemporel. Chez certains, comme Otton de Freising, le futur fait partie de la construction de l’histoire ; chez tous l’utilité de la connaissance du passé pour mieux gérer le présent justifie le devoir de mémoire et la lutte contre l’oubli. Un double mouvement est perceptible, d’un côté la reconstruction d’un temps linéaire et le sens de l’évolution  historique, de l’autre un anachronisme qui peut être inconscient, ou bien assumé et voulu comme une réactualisation.

5) Aspects grammaticaux

La langue elle-même est le témoin de l’évolution des approches du temps. Porté par les verbes, le temps subit des évolutions qui transforment  les règles établies de la concordance des temps et la valeur des paradigmes verbaux, valeur de futur proche du présent, aspect modal des temps du passé, qui sont les plus utilisés dans le mode narratif, dans les différentes langues romanes et en latin médiéval. Le stock lexical des adverbes de temps évolue aussi. Enfin, l’ordre des mots aide à établir la linéarité de l’action dans le temps.

6) Aspects littéraires

Sur le plan littéraire, les modes de la narration explorent les ressources du récit dans le temps, parmi les retours en arrière, les entrelacs, les récits des événements passés, l’annonce de ce qui va se passer par des sages dotés de prescience. Les procédés romanesques hésitent entre l’atemporalité, l’actualisation ou la mise en perspective lointaine, dans des époques prestigieuses : on peut se demander si ce temps romanesque ressemble au temps de l’histoire perçu par les historiographes ou si ses lois propres l’en distinguent visiblement.
Dans un univers où la tradition garde toute sa force et où l’imitation est à la fois reconnaissance et accomplissement, le sens d’un décalage entre le legs de l’antiquité et les temps présents aboutit à une des premières querelles des anciens et des modernes, et au thème de la translatio studii qui permet d’assumer le fardeau d’un héritage aussi riche.

Programme

Mercredi 10 septembre – ENS Lyon site Monod

matin : accueil, distribution des dossiers (à partir de 11 h)

14h. Amphithéâtre Mérieux.  Ouverture du congrès, introduction (J. Ziolkowski)
15h. Séance plénière : Peter Dronke, Le temps dans la pensée de Jean Scot Erigène

17 h – 18h 30 – Séances parallèles :

1) Salle des conseils

– Wilken Engelbrecht, The idea of modernity in Medieval Latin
– Josep M. Escola, ‘A temporalitate in aeternitatem’ en la poésia medieval latina
José Martínez Gázquez, Una presentación medieval del Triuium y el Quadriuium en el Ms. 40 de la Biblioteca Capitular de la Catedral de Tortosa, finales s. XII

2) Salle de conférence

– Piero Morpurgo, La rappresentazione del tempo: esegesi biblica, scienzia, poesia e arte
– Fabio Troncarelli, Dal tempo dei consoli al tempo di Cristo
– Danuta Shanzer, Sleep of the Soul and the Time Perception of the Dead

3) Salle des thèses

– Jan Vandeburie, Eschatological Rhetoric after the Fourth Lateran Council
– Peter Stotz, Parsimonia temporis : quelques antécédents d’un concept moderne
Jan Odstrčilík, Workflow of a medieval student: How to organize a learning process based on medieval treatises on study

20h 30, église Saint-Martin d’Ainay, “La parole chantée”, concert par l’ensemble Gilles Binchois, offert par Ars edendi et l’IMLC

Jeudi 11 septembre – ENS Lyon site Monod

9h-12 h – Séances parallèles

1) Salle des conseils   – Le temps mesuré

– Dominique Bertrand, Attente et Avent avec Bernard de Clairvaux
– Matthew Champion, Correcting the Calendar: Peter de Rivo and Christian Chronology in Fifteenth-Century Louvain
– Marie-Thérèse Lorcin, Temps des notaires et temps des clients dans des actes de la pratique
– Maria Teresa Muñoz García de Iturrospe, La mention de la date des inscriptions wisigothiques d’Espagne
– Adrian Papahagi, How many ages of man? Bede between two ancient and patristic traditions
– Gleb Schmidt, Les théories chronologiques et computistiques de Marianus Scotus et de Robert, évêque d’Hereford

2) Salle de conférence – Le temps pensé

– Margherita Belli, Images of Time, images of Eternity in the Scholastic debate
– Franck Collin, Temporalité et création dans le De naturis rerum d’Alexandre Neckam
– Francesca Galli, La riflessione di Bartholomaeus de Bononia o.f.m. intorno alla (a)temporalità della diffusio lucis materiale e spirituale
– Alice Lamy, Le débat cosmologique sur l’éternité du monde dans le De Caelo de Jean Buridan
– Dominique Poirel, Les valeurs du temps chez Hugues de Saint-Victor
– Amandine Postec, L’aevum chez Matthieu d’Aquasparta

3) Salle des thèses – Le temps des grammairiens

Cécile Conduché, Comment naissent les temps du verbe ?
– Paolo Garbini, Il senso del tempo in Boncompagno da Signa
Elsa Marguin, Le temps, mesure du mouvement, propriété du verbe, détermination logique
Textes au fil du temps
– Michael Allen, Personal time and textual time as condensed in Einhard’s De adoranda cruce
– Patrizia Stopacci, Il ‘Computus paschalis’ e la datazione della redazione phi delle Institutiones di Cassiodoro
Jacques Elfassi, Nouvelles sources du De natura rerum (1-8) d’Isidore de Séville

14h 30-18h

1) Salle des conseils – Les mots du temps

Bruno Bon, Les mots du temps : enquête autour de tempus
Helena Leithe-Jasper, Saatzeit – Erntezeit – Jahreszeit. Zur metonymischen Verwendung von Zeitbegriffen für (ländliche) Tätigkeitenund und umgekehrt
Agnieszka Maciag, The beginning and the end – vocabulary related to these opposing concepts in Polish medieval Latin
Krzystof Nowak, Tempus in the Polish Medieval Latin Sources
Tina Orth-Muller, Die Bedeutung von ‘hora’
Estrella Perez Rodriguez, Words meaning time in the Latin texts written in the kingdom of Asturias and León (from the 8th century to 1230)
Filipa Roldão, Joana Serafim, La langue au fil du temps dans l’espace ibérique. Les chartes de peuplement des villes portugaises basées sur le fuero de Salamanca (XIIe-XIIIe siècles)

2) Salle des thèses – Le temps du salut

– Michele Di Marco, Tempo della storia sacra e tempo ultraterraneo in Giuliano di Toledo
– Edorado Ferrarini, Il sabato di Pier Damiano
– Lorenzo Saraceno, Tempo e contemplazione nell’ora et labora del monaco e dell’eremita
– Maria Antonietta Chirico, Tempo dell’uomo. Tempo di Dio. Il senso del tempo nella tradizione cistercense medievale
– Marine Cuche, ‘Subiaceat maior preualeatque minor’ (Aurora, v. 898). Le droit d’aînesse en question dans la Genèse de Pierre Riga
– Cédric Giraud, ‘Sero te amavi – sero te cognovi.’ Quête de Dieu, connaissance de soi et processus mémoriel dans les Soliloquia pseudo-augustiniens
– A. Bisanti, Il Ludus de Antichristo fra politica e escatologia

3) Salle de conférence – Le temps des historiens (1)

– Helena De Carlos, Le temps généalogique et le temps typologique : perceptions de l’histoire dans des textes du Haut Moyen Âge ibérique
– Roberto Gamberini, Il tempo e la storia in Mariano Scoto
– Cristian Gaspar, Replay Martyrdom? Time and Narrative in the Hagiographic Accounts of the Death of St. Gerard of Csanád
– Elisabeth Mégier, Les âges du monde, le temps de la Bible et le temps des empires (d’après les chroniques d’Adon de Vienne, Fréculphe de Lisieux et Hugues de Fleury)
– Eustaquio Sánchez Salor, Secuencias temporales y providencialismo. Orosio y Otto de Freising
– Loredana De Falco, Il tempo della profezia nel tempo della storia
– Alexis Charansonnet, Les documents latins du rattachement de Lyon à la France (1271-1320) : sens de l’histoire et de sa manipulation

18h30-19h30, promenade en bateau sur la Saône, conférencier : Jacques Rossiaud.

Vendredi 12 septembre – ENS Lyon site Monod

9 -12h

1) Salle de conférence – Le temps des historiens (2)

– Marie-Agnès  Lucas-Avenel, Temps et organisation narrative dans l’historiographie normande de la fin du XIesiècle
Vito Sivo, Coscienza del tempo e usi linguistici negli scrittori del Mezzogiorno normanno-svevo
– Julian Yolles, Rollandum dicas Oliveriumque renatos: reliving the past in the Latin East
– Silvia Nocentini, There is a time for saints and a time for men: the literary representation of history in medieval Dominican authors
– Raffaele Savigni, Représentation du passé et construction de la mémoire dans l’historiographie médiévale de Lucques
– Michal Rzepiela, Les temps légendaires et la narration historique, à propos des auteurs médiévaux polonais

2) Salle des thèses – 9h-11h  Le temps des poètes

– Donatella Manzoli, Il tempo dei sentimenti in Venanzio Fortunato
– Laure Chappuis-Sandoz, Fleurs d’éternité : dépassement du temps chez Venance Fortunat
– Peter Orth, Das Jahr und seine Teile in Dichtungen der Karolingerzeit
– Francesco Stella, The sense of the time in Carolingian poems on computus and zodiac

3) Salle des conseils  – Le temps des philosophes et des exégètes

– Gernot Wieland, Linear, Tropological, Parallel, and Fractured Time in Bede’s Commentary on Samuel
Alexander Andrée, Le concept biblique du ‘tempus’— aspects grammaticaux, historiques et théologiques — dans l’exégèse de l’école de Laon au douzième siècle
– Francesco Fiorentino, Éternité et temps chez Thomas d’Aquin, Henri de Gand, Jean Duns Scot et leurs successeurs immédiats du Trecento
– Julia Eva Wannenmacher, Signs of Time, Senses of Scripture: Joachim of Fiore between Exegesis and Eschatology
– Taery Kim, Time does not exist : Master Eckhart and the transcendental of time
– Constantin Teleanu, ‘Tempus est ens.’ La perception du temps réel selon la doctrine de l’Art de Raymond Lulle

14h30-18h

1) Salle des thèses – Le temps des auteurs et des musiciens

– Philip Polcar, Tempus in der Briefe von Lupus von Ferrières
– Christiane Veyrard-Cosme, Poésie et memoria dans l’œuvre d’Ermold le Noir
– David Traill, Time for goliardics
– Anne-Zoé Rillon-Marne, Marie Formarier, La poésie rythmique confrontée au temps musical : quel rythme pour les conduits du XIIIe siècle ?
– Francesco Mosetti-Casaretto, Essere e tempo nella letteratura mediolatina
– Florent Rouillé, Nature et le temps suspendu de la jeunesse dans l’Anticlaudianus d’Alain de Lille

2) Salle de conférence – Les aléas du temps

– Natalie Maag, Zeitgeist in der Schrift. Die alemannische Minuskel als Anachronismus oder Resistenz gegen das ‘Karolingische’
– David Ganz, Le temps de silence
– Jérémy Delmulle, Autres temps, autres mœurs. Les traducteurs “ciblistes” de Cassien au Moyen Âge face aux realia monastiques
– Andrew Hicks, Musica mundana and the temperies anni
– Roberto Angelini, Il carme « Clauditur integra lux viginti quattuor horis » (Paris, BNF, lat. 7596 A): analisi per l’attribuzione a Ildeberto di Lavardin
Patrizia Carmassi, ‘Tempus serva.’ Trasmissione e commento di testi di autori antichi sul tempo in manoscritti medievali

3) Salle des conseils   – Un temps presque moderne

– Justin Stover, The Quarrel Between the Ancients and the Moderns: A Twelfth-Century Debate and its Influence
– Sabrina Ferrara, Le Egloghe di Boccaccio tra tempo personale e tempo storico
-Thomas Haye, Das Carmen de Vere des Petrus Carmelianus (1482)
– Rino Monodutti, ‘Senescens rerum ordo’: Albertino Mussato e la storia tra decadenza morale e determinismo cosmico
– Stefano Pittaluga, Le età della vita nel dialogo An seni sit uxor ducenda di Poggio Bracciolini
– Attilio Grisafi, Tempo immediato e tempo raccontato nelle tragedie umanistiche

Samedi 13 septembre – Bibliothèque municipale de la Part-Dieu

Séance plénière – Exposition de manuscrits
10h-12h30
Mariken Teeuwen, Evina Steinova, Manuscripts as ‘capsules of time’
Walter Berschin, Vorstellung von vier Handschriften …
Louis Holtz, Une bibliothèque carolingienne restée sur place : les manuscrits de Florus de Lyon

14h 30-16h
Amphithéâtre Mérieux  – Séance plénière
Agostino Paravicini-Bagliani, Le sens du temps à la cour des papes au Moyen Âge

Envoi et clôture du Congrès (J. Ziolkowski)

Sources : Compitum et site du colloque.


Julie Damaggio

Doctorante de l’Université Paris-Sorbonne, prépare une thèse d’édition des fragments d’Aelius Stilo et enseigne dans un collège de l’Isère ; co-rédactrice en chef du carnet Grammaticalia.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *